Au Vatican, des croyants venus voir le pape François portent des masques, le 26 février.
Au Vatican, des croyants venus voir le pape François portent des masques, le 26 février. Gregorio Borgia / AP

Apparue en Chine en décembre, l’épidémie due au coronavirus semble y avoir atteint un pic. Mais ailleurs dans le monde, il se propage et concerne désormais 40 pays, dont 13 en Europe.

Selon le dernier bilan officiel communiqué mercredi 26 février par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 81 000 contaminations et 2 761 morts ont été recensés dans le monde. Le virus est à l’origine de 2 718 morts en Chine et d’une cinquantaine à travers le monde.

Lire aussi Coronavirus : deuxième mort, nouveaux cas… le point sur la situation en France
  • L’Italie, pays européen le plus touché

Des policiers à un poste de contrôle dans la ville de Zorlesco, près de Milan, 26 février.
Des policiers à un poste de contrôle dans la ville de Zorlesco, près de Milan, 26 février. MIGUEL MEDINA / AFP

L’Italie, qui compte 12 morts liés à l’épidémie de coronavirus sur son sol, a annoncé mercredi soir avoir atteint la barre des 400 cas recensés. Un précédent décompte officiel faisait état, mercredi matin, de 374 personnes contaminées.

Lors de son nouveau bilan mercredi soir, le chef de la protection civile Angelo Borrelli n’a toutefois pas annoncé de nouveau décès et a précisé que trois personnes sont définitivement guéries. Il s’agit de trois patients soignés à Rome depuis début février : un couple de touristes chinois et un jeune homme revenu de Chine. Ils étaient les premiers cas de coronavirus en Italie.

« Le message aux Italiens est qu’on guérit de cette maladie ! », s’est félicité mercredi, devant les caméras de télévision, Francesco Vaia, directeur de l’hôpital de référence pour les maladies infectieuses en Italie, le Spallanzani, à Rome. Cet hôpital a utilisé une « thérapie expérimentale antivirale » pour soigner les patients, a-t-il précisé. Selon des sources médicales, les médecins ont expérimenté un traitement à base d’agents antiviraux et de médicaments utilisés contre le virus Ebola.

Parmi les 400 cas recensés mercredi, seules 36 personnes se trouvent en soins intensifs, a aussi fait savoir Angelo Borrelli.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : nos réponses à vos questions pour mieux comprendre l’épidémie

La Lombardie, qui englobe Milan, capitale économique du pays, reste la région la plus touchée par le virus, avec 258 cas. Codogno – ainsi que neuf autres villes et un village de Vénétie – est en quarantaine depuis qu’y a été hospitalisé Mattia, 38 ans, le « patient numéro 1 », auquel sont reliés la plupart des cas de Lombardie.

La Vénétie est la deuxième région la plus touchée, avec 71 cas, et elle a enregistré le tout premier décès d’un ressortissant italien – et européen – vendredi. Au total, neuf régions sont concernées par l’épidémie, mais les autorités ajoutent le Latium (Rome), qui a pu soigner ses trois patients, sans liens avec l’épidémie du Nord.

En Europe, les pays voisins de l’Italie ont décidé de maintenir leurs frontières ouvertes, malgré la propagation en Toscane, Sicile et Ligurie. Mais plusieurs gouvernements encouragent leurs ressortissants à reporter leurs voyages.

  • Restrictions de circulation en Iran

Près de 140 personnes ont été infectées par le coronavirus en Iran, 19 en sont mortes. Ici, les médecins de l’hôpital Forqani, dans la ville de Qom, s’occupent d’un patient, le 26 février.
Près de 140 personnes ont été infectées par le coronavirus en Iran, 19 en sont mortes. Ici, les médecins de l’hôpital Forqani, dans la ville de Qom, s’occupent d’un patient, le 26 février. Mohammad Mohsenzadeh / AP

Les autorités iraniennes ont annoncé mercredi des restrictions à la libre circulation dans le pays pour les personnes infectées ou soupçonnées d’être infectées par le coronavirus, qui a fait 19 morts dans le pays, bilan le plus lourd après celui de la Chine.

« Plutôt que de mettre des villes en quarantaine, nous allons mettre en œuvre des restrictions aux mouvements de ceux qui sont soupçonnés d’être infectés ou qui sont infectés », a déclaré le ministre de la santé, Saïd Namaki, dans un point de presse.

« Il a été décidé de placer des équipes à l’entrée de nombreuses villes où il y a beaucoup de mouvement. »

« Je demande aux gens de ne pas voyager », a poursuivi le ministre, ajoutant que toute personne « suspecte » d’être contaminée par le virus Covid-19 « à l’entrée d’une ville » sera « assurément mise en quarantaine pour 14 jours ».

Près de 140 personnes, dont le vice-ministre de la santé, ont été infectées en Iran et la plupart des voisins de la République islamique ont mis en place des mesures de restrictions des déplacements et de placements en quarantaine. Mercredi, le porte-parole du ministère de la santé, Kianouche Jahanpour, a annoncé le décès de quatre nouvelles personnes parmi les 44 nouvelles contaminations détectées ces dernières vingt-quatre heures.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Iran, le coronavirus, « complot de l’ennemi »

Nombre d’écoles, universités et centres culturels ou sportifs ont été fermés et de nombreux événements repoussés pour permettre de désinfecter les lieux et transports publics. Dans les zones infectées, la fermeture des écoles sera prolongée, tandis que celle des universités est reconduite pour une semaine (à compter de samedi), selon M. Namaki.

La police chargée de la lutte contre la cybercriminalité a par ailleurs annoncé l’arrestation de 24 internautes accusés d’avoir répandu des « rumeurs alarmistes » sur la propagation du virus en Iran.

  • Le Brésil, premier pays d’Amérique latine touché

Le coronavirus est arrivé en Amérique latine mercredi. Un premier cas de contamination a été confirmé au Brésil sur un patient de Sao Paulo (Sud-Est), âgé de 61 ans, ayant séjourné en Italie du 9 au 20 février. « Le patient va bien, il est chez lui, placé en isolement jusqu’à la disparition des symptômes », a fait savoir Jose Henrique Germann Ferreira, secrétaire à la santé de Sao Paulo.

Les autorités sanitaires recherchent ses proches et toutes les personnes ayant été en contact rapproché avec ce premier patient. Le Brésil compte actuellement 20 cas suspects de contamination au Covid-19, dont 12 sont des personnes ayant voyagé en Italie, ont précisé mercredi les autorités.

  • De premiers cas en Macédoine du Nord, Grèce, Pakistan et Géorgie

Une femme portant un masque de protection, en Grèce, le 26 février.
Une femme portant un masque de protection, en Grèce, le 26 février. SAKIS MITROLIDIS / AFP

Un premier cas du nouveau coronavirus a été enregistré mercredi en Macédoine du Nord, à la clinique des maladies infectieuses de Skopje, dépisté chez une femme rentrée d’Italie, a annoncé le ministre de la santé Venko Filipce. « Trois personnes ont été testées et une est positive au coronavirus », a-t-il déclaré à la presse. Il s’agit d’une ressortissante macédonienne née en 1970.

Une femme de 38 ans ayant voyagé récemment en Italie du Nord est le premier cas recensé en Grèce. Le gouvernement a adopté mardi un décret prévoyant des interdictions temporaires de déplacement vers et depuis les pays touchés mais aussi la fermeture des écoles ou des salles de spectacle si jamais l’épidémie devenait massive.

Lire aussi l’éditorial : Coronavirus : la responsabilité de chacun

Le gouvernement du Pakistan, frontalier de la Chine et de l’Iran, pays où les morts liés au nouveau coronavirus sont les plus nombreux, a annoncé mercredi ses deux premiers cas. « Je peux confirmer les deux premiers cas de coronavirus au Pakistan. Les deux cas sont pris en charge selon des protocoles cliniques standards et tous deux sont stables », a déclaré Zafar Mirza, conseiller en santé publique auprès du premier ministre Imran Khan, sur Twitter.

La Géorgie a annoncé mercredi avoir enregistré son premier cas de contamination par le nouveau coronavirus, ce qui en fait également le premier cas pour le Caucase du Sud. « Un citoyen géorgien a été testé positif pour le nouveau coronavirus », a déclaré, lors d’une conférence de presse, la ministre géorgienne de la santé, Ekaterina Tikaradzé. Cet homme est arrivé en Géorgie en provenance de l’Iran, via l’Azerbaïdjan, a-t-elle précisé, en ajoutant qu’il avait été hospitalisé à Tbilissi, la capitale.



Source link

Write a comment:
*

Your email address will not be published.